Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 13:45

Un lecteur obligeant me signale son site  où il développe l'idée qu'on pourrait baser tout notre système énergétique sur des renouvelables, produisant l'électricité nécessaire et les carburants dont nous avons besoin. Le seul problème, qu'il reconnait honnêtement, est que ce remplacement se ferait avec un coût notablement plus élevé : il chiffre ce coût à une baisse de 20 à 50 % du PIB. C'est un coût important,mais qui pourrait sembler supportable, si il s'agissait de conserver un minimum de confort sans produire de CO2. L'idée serait de multiplier les sources d'électricité renouvelables, les stations de stockage hydraulique (STEP) pour pallier l'intermittence, et des usines de carburant synthétique à base de capture de CO2, d'électrolyse de l'eau , et de synthèse de Fisher-Tropsch (synthèse d'hydrocarbures à partir de carbone et d'hydrogène, donc d'eau et d'électricité).

 

En théorie, tout cela peut marcher techniquement. Comme la plupart du temps, les solutions "miracles" proposent des techniques connues, mais chères, pour remplacer les techniques de productions actuelles. Ce n'est d'ailleurs pas très différent des extrapolations de production d'hydrocarbures non conventionnels, prévoyant d'extraire massivement des ressources chères pour remplacer les conventionnelles qui s'épuisent. L'idée générale est qu'il faut sortir des contraintes économiques et du PIB, pour assurer la consommation énergétique dont l'humanité a besoin, assurée de façon renouvelable et non polluante.

 

Cette idée est extrêmement répandue dans l'opinion et même chez les spécialistes - après tout, toutes les propositions de lutte contre le CO2 proposent d'une manière ou d'une autre de remplacer les sources d'énergies fossiles par d'autres, forcément plus chères (sinon on l'aurait fait depuis longtemps spontanément), mais les évaluations des impacts du coût sont en général "acceptables" - et du coup, on passe son temps à se demander pourquoi on ne le fait pas (ce sacré CO2 qui continue à grimper malgré les innombrables travaux nous démontrant qu'on pourrait très bien s'en passer ! ).  Cette vision découle d'une position de principe : l'humanité a besoin d'une certaine quantité absolue d'énergie, et elle fera tout pour la produire , quel que soit son coût. Et puisque le coût n'est pas si important que ça, on pourrait facilement faire une "transition énergétique" vers des énergies bien plus propres, même plus chères. 

 

A mon sens, cette vision est en grande partie (et doublement) illusoire : c'est le coeur même de la difficulté de notre temps, et la raison principale pour laquelle nous nous faisons une idée incorrecte de l'avenir - à vrai dire , c'est même la raison principale pour laquelle je me suis lancé dans ce blog. Je ne crois pas du tout à la possibilité matérielle d'entretenir une vie comparable à la nôtre à base uniquement de renouvelables. Pourquoi ?

 

D'abord, il n'est pas si facile que ça de stocker l'électricité. Meme si les stations de pompage existent, en construire suffisamment pour pouvoir assurer la production à n'importe quel moment serait prohibitif. En réalité, aucun pays ne peut se passer d'une production ajustable qui est soit de la grande hydraulique, soit des fossiles. Mais surtout, il faut réaliser que l'électricité ne remplacera jamais totalement les fossiles. Il n'y a pas que la production électrique, ni les transports : il y a également toute la production de carbochimie , y compris la métallurgie, et les autres matières premières. Tous les métaux (y compris l'aluminium qui est produit avec une grosse consommation d'électricité , mais AUSSI d'anodes en carbone), acier, cuivre, zinc , plomb sont produits par réduction chimique par le carbone -les procédés électrolytiques sont soit impossibles, soit bien plus chers, soit ne produisent pas la même qualité (le fer électrolytique est "trop pur", l'acier doit contenir du carbone). Il y a certes des aciéries électriques, mais elles ne réalisent qu'une partie du processus, le raffinage de la fonte ou le recyclage des ferrailles : la réduction initiale du minerai de fer se fait toujours dans des haut-fourneaux au coke. Le charbon et l'acier sont les os de la civilisation industrielle, comme le pétrole est son sang.  Mais il y a aussi : le ciment, le verre, les plastiques, isolants, lubrifiants, peintures, élastomères, etc, etc... (il suffit de regarder autour de soi pour voir à quel point notre société est construite avec des matériaux synthétiques). Or ces matériaux ne sont bon marché que parce qu'ils sont produits abondamment avec des fossiles bon marchés. Et ils interviennent de manière prépondérante dans le coût de tous les procédés industriels, et surtout ceux des renouvelables dont le carburant est gratuit ou presque ! 

 

Le coût d'une éolienne est d'abord le coût de l'acier ou des pales en fibre de carbone (fait à partir de ... pétrole), de son transport par des engins de chantier, de sa connexion au réseau, lui même constitué de cables en cuivre, de pylones en acier, etc, etc ... sans compter l'extraction de tous les minerais plus ou moins rares (terres rares pour les aimants) qui ont servi à la fabriquer. Le "coût" de l'éolien n'a de sens que dans notre société baignant dans les fossiles. Il nous parait banal et évident d'acheter une plaque de verre ou un sac de ciment au Casto du coin  - mais ces produits étaient très rares et chers auparavant ! 

Or remplacer tous ces procédés par d'autres procédés sans fossiles augmenterait considérablement le coût par rapport à l'actuel , et donc il faudrait également en tenir compte pour réévaluer le coût des autres procédés qui devraient également utiliser l'électricité produite de façon bien plus chère. Il est très insuffisant de ne prendre en compte que le surcoût de l'électricité calculé avec les coûts actuels. Il faudrait savoir ce qu'elle coûterait avec de l'électricité fabriquée avec des procédés bien plus chers. A ma connaissance, personne ne fait rentrer ce facteur dans les coûts - tout bonnement parce que personne n'a la moindre idée de combien ça coûterait de fabriquer une éolienne sans fossile. Je doute que personne n'ait jamais tenté de le faire d'ailleurs. Une éolienne sans fossile, ça s'appelle un moulin à vent, en pierre, en bois , et en toile, et c'est bien mieux d'utiliser son énergie mécanique directement que de tenter de la transformer en électricité. Ca, on sait qu'on sait faire ....

 

Si on fait une erreur simplement d'un facteur 2 dans les surcoûts de fabrication à cause de ce remplacement, on passe facilement de 50 % du PIB à 100 % - ce qui est totalement absurde, on ne va pas passer l'intégralité de l'activité économique à produire de l'énergie que plus personne ne serait disponible pour utiliser. Et une erreur d'un facteur 2 dans les coûts, , ce n'est pas du tout impossible : demandez aux constructeurs de l'EPR.  En réalité l'EPR a été impacté de plein fouet par ce phénomène; c'est l'explosion des matières premières accompagnant celle du prix du baril qui a fait déraper ses coûts. Parler des coûts des énergies de remplacement (nucléaire ou renouvelable) indépendamment de ceux des fossiles, en pensant en particulier que ceux-ci deviendront forcément "rentables " quand le coût de ceux-là exploseront, c'est oublier que tout notre appareil industriel fonctionne sous perfusion de fossiles bon marché. 

Il n'est même pas certain que si on devait construire une éolienne sans fossile, son rendement énergétique soit supérieur à un. Dans ce cas, il serait même totalement absurde de la produire.  

Il ne suffit pas de dire "y a qu'à oublier le PIB". On peut penser ce qu'on veut du PIB, c'est quand même une mesure, imparfaite mais réelle, de la productivité globale de l'économie, et le coût des choses est aussi une mesure, imparfaite mais réelle, de l'effort humain qu'il faut pour produire un bien donné. On ne peut pas dire qu'on produira la même richesse avec des procédés bien moins efficaces - simplement parce qu'un coût plus élevé signifie que le kWh produit demande bien plus de travail, et occuperait une partie bien plus grande de la population. Or il est absurde de consacrer énormément de travail à produire de l'énergie si il ne reste plus personne à coté pour l'utiliser ! la production d'énergie ne sert QUE à produire des richesses - on l'adapte donc aux besoins. Si tout est bien plus cher, on consommera également bien moins, et la société se stabilisera à un niveau production/coût bien inférieur à l'actuel. La meilleure façon de se représenter la réalité d'une énergie bien plus chère, c'est de réaliser que ça veut tout simplement dire que nous serons tous bien plus pauvres. A mon sens, la crise actuelle n'est que le début de cette évolution - les irlandais, les grecs, les portugais, commencent à réaliser cruellement ce que cela veut dire. Ce ne seront sans doute pas les derniers ....

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by climatenergie - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Rodolphe 02/10/2012 18:30


Ne serait-il pas plus judicieux de s'interesser à la comsomation électrique plutôt qu'à sa production?


En effet nous produisons toujours de plus en plus afin de répondre à une demande croissante mais il serait temps de s'interroger comment réguler et optimiser cette consomation.


Je reste persuadé que des mesures courageuse au niveau politique permettrait d'économiser des ressources potentielles. J'habite le sud de la France et ne comprends toujours pas pourquoi les toits
des supermarchés ne sont pas tous équipés de panneaux solaires.


Payer sa conso ne fait pas tout, éteindre des enseignes lumineuses la nuit devrait devenir un geste citoyen. Mais si on a pas ce feeling citoyen alors il faut le provoquer par la loi.


La question n'est donc pas de savoir si on peut tout faire avec du renouvelable mais plutôt de savoir comment limiter l'utilisation d'énergies comportant des risques, polluante ou en declin.


 


Rodolphe, webmaster


 


 

Pauline 25/05/2012 15:15


Je suis assez d'accord avec électricité pour dire que nous devons substituer un maximum d'énergie fossiles aux énergies renouvelables. Mais je pense que la meilleure solution est d'arriver à un
équilibre entre les 2.

propane 16/04/2012 15:29


Il apparait en effet difficile à l'heure actuelle de se concentrer uniquement sur els énergies renouvelables. Celles ci sont encore très coûteuses et nécessitent des vérifications quant à leur
réel retour sur investissement.

the fritz 26/01/2012 20:04


Et j'ai oublié de dire qu'en France on est champion pour cela : un coup cela passe par votre cotisation sécu, un coup par vos impôts

the fritz 26/01/2012 19:59


Nous obliger à utiliser du renouvelable maintenant est aussi con que de bouffer des médicaments quand vous êtes bien portant; mais c'est vrai c'est une industrie florissante