Titre

Réflexions sur l'énergie, le climat, et l'avenir de l'humanité ....

Mardi 14 juin 2011 2 14 /06 /Juin /2011 13:45

Un lecteur obligeant me signale son site  où il développe l'idée qu'on pourrait baser tout notre système énergétique sur des renouvelables, produisant l'électricité nécessaire et les carburants dont nous avons besoin. Le seul problème, qu'il reconnait honnêtement, est que ce remplacement se ferait avec un coût notablement plus élevé : il chiffre ce coût à une baisse de 20 à 50 % du PIB. C'est un coût important,mais qui pourrait sembler supportable, si il s'agissait de conserver un minimum de confort sans produire de CO2. L'idée serait de multiplier les sources d'électricité renouvelables, les stations de stockage hydraulique (STEP) pour pallier l'intermittence, et des usines de carburant synthétique à base de capture de CO2, d'électrolyse de l'eau , et de synthèse de Fisher-Tropsch (synthèse d'hydrocarbures à partir de carbone et d'hydrogène, donc d'eau et d'électricité).

 

En théorie, tout cela peut marcher techniquement. Comme la plupart du temps, les solutions "miracles" proposent des techniques connues, mais chères, pour remplacer les techniques de productions actuelles. Ce n'est d'ailleurs pas très différent des extrapolations de production d'hydrocarbures non conventionnels, prévoyant d'extraire massivement des ressources chères pour remplacer les conventionnelles qui s'épuisent. L'idée générale est qu'il faut sortir des contraintes économiques et du PIB, pour assurer la consommation énergétique dont l'humanité a besoin, assurée de façon renouvelable et non polluante.

 

Cette idée est extrêmement répandue dans l'opinion et même chez les spécialistes - après tout, toutes les propositions de lutte contre le CO2 proposent d'une manière ou d'une autre de remplacer les sources d'énergies fossiles par d'autres, forcément plus chères (sinon on l'aurait fait depuis longtemps spontanément), mais les évaluations des impacts du coût sont en général "acceptables" - et du coup, on passe son temps à se demander pourquoi on ne le fait pas (ce sacré CO2 qui continue à grimper malgré les innombrables travaux nous démontrant qu'on pourrait très bien s'en passer ! ).  Cette vision découle d'une position de principe : l'humanité a besoin d'une certaine quantité absolue d'énergie, et elle fera tout pour la produire , quel que soit son coût. Et puisque le coût n'est pas si important que ça, on pourrait facilement faire une "transition énergétique" vers des énergies bien plus propres, même plus chères. 

 

A mon sens, cette vision est en grande partie (et doublement) illusoire : c'est le coeur même de la difficulté de notre temps, et la raison principale pour laquelle nous nous faisons une idée incorrecte de l'avenir - à vrai dire , c'est même la raison principale pour laquelle je me suis lancé dans ce blog. Je ne crois pas du tout à la possibilité matérielle d'entretenir une vie comparable à la nôtre à base uniquement de renouvelables. Pourquoi ?

 

D'abord, il n'est pas si facile que ça de stocker l'électricité. Meme si les stations de pompage existent, en construire suffisamment pour pouvoir assurer la production à n'importe quel moment serait prohibitif. En réalité, aucun pays ne peut se passer d'une production ajustable qui est soit de la grande hydraulique, soit des fossiles. Mais surtout, il faut réaliser que l'électricité ne remplacera jamais totalement les fossiles. Il n'y a pas que la production électrique, ni les transports : il y a également toute la production de carbochimie , y compris la métallurgie, et les autres matières premières. Tous les métaux (y compris l'aluminium qui est produit avec une grosse consommation d'électricité , mais AUSSI d'anodes en carbone), acier, cuivre, zinc , plomb sont produits par réduction chimique par le carbone -les procédés électrolytiques sont soit impossibles, soit bien plus chers, soit ne produisent pas la même qualité (le fer électrolytique est "trop pur", l'acier doit contenir du carbone). Il y a certes des aciéries électriques, mais elles ne réalisent qu'une partie du processus, le raffinage de la fonte ou le recyclage des ferrailles : la réduction initiale du minerai de fer se fait toujours dans des haut-fourneaux au coke. Le charbon et l'acier sont les os de la civilisation industrielle, comme le pétrole est son sang.  Mais il y a aussi : le ciment, le verre, les plastiques, isolants, lubrifiants, peintures, élastomères, etc, etc... (il suffit de regarder autour de soi pour voir à quel point notre société est construite avec des matériaux synthétiques). Or ces matériaux ne sont bon marché que parce qu'ils sont produits abondamment avec des fossiles bon marchés. Et ils interviennent de manière prépondérante dans le coût de tous les procédés industriels, et surtout ceux des renouvelables dont le carburant est gratuit ou presque ! 

 

Le coût d'une éolienne est d'abord le coût de l'acier ou des pales en fibre de carbone (fait à partir de ... pétrole), de son transport par des engins de chantier, de sa connexion au réseau, lui même constitué de cables en cuivre, de pylones en acier, etc, etc ... sans compter l'extraction de tous les minerais plus ou moins rares (terres rares pour les aimants) qui ont servi à la fabriquer. Le "coût" de l'éolien n'a de sens que dans notre société baignant dans les fossiles. Il nous parait banal et évident d'acheter une plaque de verre ou un sac de ciment au Casto du coin  - mais ces produits étaient très rares et chers auparavant ! 

Or remplacer tous ces procédés par d'autres procédés sans fossiles augmenterait considérablement le coût par rapport à l'actuel , et donc il faudrait également en tenir compte pour réévaluer le coût des autres procédés qui devraient également utiliser l'électricité produite de façon bien plus chère. Il est très insuffisant de ne prendre en compte que le surcoût de l'électricité calculé avec les coûts actuels. Il faudrait savoir ce qu'elle coûterait avec de l'électricité fabriquée avec des procédés bien plus chers. A ma connaissance, personne ne fait rentrer ce facteur dans les coûts - tout bonnement parce que personne n'a la moindre idée de combien ça coûterait de fabriquer une éolienne sans fossile. Je doute que personne n'ait jamais tenté de le faire d'ailleurs. Une éolienne sans fossile, ça s'appelle un moulin à vent, en pierre, en bois , et en toile, et c'est bien mieux d'utiliser son énergie mécanique directement que de tenter de la transformer en électricité. Ca, on sait qu'on sait faire ....

 

Si on fait une erreur simplement d'un facteur 2 dans les surcoûts de fabrication à cause de ce remplacement, on passe facilement de 50 % du PIB à 100 % - ce qui est totalement absurde, on ne va pas passer l'intégralité de l'activité économique à produire de l'énergie que plus personne ne serait disponible pour utiliser. Et une erreur d'un facteur 2 dans les coûts, , ce n'est pas du tout impossible : demandez aux constructeurs de l'EPR.  En réalité l'EPR a été impacté de plein fouet par ce phénomène; c'est l'explosion des matières premières accompagnant celle du prix du baril qui a fait déraper ses coûts. Parler des coûts des énergies de remplacement (nucléaire ou renouvelable) indépendamment de ceux des fossiles, en pensant en particulier que ceux-ci deviendront forcément "rentables " quand le coût de ceux-là exploseront, c'est oublier que tout notre appareil industriel fonctionne sous perfusion de fossiles bon marché. 

Il n'est même pas certain que si on devait construire une éolienne sans fossile, son rendement énergétique soit supérieur à un. Dans ce cas, il serait même totalement absurde de la produire.  

Il ne suffit pas de dire "y a qu'à oublier le PIB". On peut penser ce qu'on veut du PIB, c'est quand même une mesure, imparfaite mais réelle, de la productivité globale de l'économie, et le coût des choses est aussi une mesure, imparfaite mais réelle, de l'effort humain qu'il faut pour produire un bien donné. On ne peut pas dire qu'on produira la même richesse avec des procédés bien moins efficaces - simplement parce qu'un coût plus élevé signifie que le kWh produit demande bien plus de travail, et occuperait une partie bien plus grande de la population. Or il est absurde de consacrer énormément de travail à produire de l'énergie si il ne reste plus personne à coté pour l'utiliser ! la production d'énergie ne sert QUE à produire des richesses - on l'adapte donc aux besoins. Si tout est bien plus cher, on consommera également bien moins, et la société se stabilisera à un niveau production/coût bien inférieur à l'actuel. La meilleure façon de se représenter la réalité d'une énergie bien plus chère, c'est de réaliser que ça veut tout simplement dire que nous serons tous bien plus pauvres. A mon sens, la crise actuelle n'est que le début de cette évolution - les irlandais, les grecs, les portugais, commencent à réaliser cruellement ce que cela veut dire. Ce ne seront sans doute pas les derniers ....

 

 

 

 

 

Par climatenergie - Publié dans : Energie
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

"En réalité l'EPR a été impacté de plein fouet par ce phénomène; c'est l'explosion des matières premières accompagnant celle du prix du baril qui a fait déraper ses coûts. "
Vous tenez ça de quelle source ? Toute l'industrie nucléaire occidentale sait que c'est surtout à cause d'un dérapage historique des études de conception
Commentaire n°1 posté par Aerobar Films le 14/06/2011 à 22h04

Bonsoir Aerobar

en fait plusieurs facteurs ont contribué, dont le fait d'avoir à réaliser des équipements de sécurité complémentaires, mais le coût des matières premières a aussi compté. 

http://www.cherbourg.maville.com/actu/actudet_--I-EPR-I-Flamanville-le-prix-du-reacteur-s-emballe_dep-762381_actu.Htm

http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/L-EPR-usine-a-gaz-d-EDF-83378/

 

Réponse de climatenergie le 15/06/2011 à 00h27
Bonjour Gilles,

Vous écrivez:

"D'abord, il n'est pas si facile que ça de stocker l'électricité. Meme si les stations de pompage existent, en construire suffisamment pour pouvoir assurer la production à n'importe quel moment serait prohibitif. En réalité, aucun pays ne peut se passer d'une production ajustable qui est soit de la grande hydraulique, soit des fossiles."

En effet il faut que la production soit ajustable. Il y a un manque de flexibilité lorsqu'on considère aussi bien les énergies renouvelables, qui dépendent des conditions naturelles pour produire, que l'énergie nucléaire qui ne peut produire que de l'électricité de base. Pour compenser ce manque on utilise des centrales thermiques, plus flexibles en cas de chute de la production ou pour les heures de pointes. Mais la Flexibilité pourrais être apportée avec de l'électricité "effaçable":
http://transition.wifeo.com/lelectricite-effacable.php
Il faudrait alors viser une production supérieure aux besoins et utiliser l'énergie électrique exédentaire pour un usage pouvant s'adapter a de l'intermittance.
En particulier l'idée de produire du carburant de synthèse à partir de l'électricité pourrait permettre cette mise en oeuvre. On aurait alors une sorte de STEP chimique.
Commentaire n°2 posté par RUTILY le 16/06/2011 à 18h32

Bonsoir Rutily

comme je disais , tout est possible techniquement  - mais pas économiquement. 

Réponse de climatenergie le 16/06/2011 à 20h13
Vous écrivez:

"Il n'est même pas certain que si on devait construire une éolienne sans fossile, son rendement énergétique soit supérieur à un. Dans ce cas, il serait même totalement absurde de la produire."

Or il semble bien que le rendement énergétique soit favorable:

"Le bilan énergétique des turbines à vent, en prenant en compte l'énergie utilisée dans la production, l'installation, l'entretien aussi bien que le démontage de l’installation et le rendement d'énergie produit, est exceptionnel.
Après seulement trois mois chaque aérogénérateur a produit le montant total d'énergie utilisé pour sa production (résultat d’une étude de la « Grünen Emissionshaus » en collaboration avec le « Öko-Institut » et la « Danish Wind Industry Association »). Pendant la durée de vie d’un aérogénérateur (environ 20 ans) il produit entre 50-70 fois l’énergie qui est nécessaire pour sa fabrication, sa maintenance et son démantèlement. Le bilan concernant le dioxyde de carbone et d’oxyde nitrique est positive déjà après 8 à 9 mois."

http://proenergie.fr/index.php?page=eolien
Commentaire n°3 posté par RUTILY le 16/06/2011 à 18h43

Certes, mais l'énergie apportée à sa fabrication l'était par des fossiles bon marchés. Je ne sais pas combien coûterait en énergie un aérogénérateur qui ne devrait utiliser que l'électricité qu'il produit comme source primaire - à vrai dire je ne sais même pas si c'est techniquement possible.

Réponse de climatenergie le 16/06/2011 à 20h15
Vous ecrivez :

"Or remplacer tous ces procédés par d'autres procédés sans fossiles augmenterait considérablement le coût par rapport à l'actuel , et donc il faudrait également en tenir compte pour réévaluer le coût des autres procédés qui devraient également utiliser l'électricité produite de façon bien plus chère. Il est très insuffisant de ne prendre en compte que le surcoût de l'électricité calculé avec les coûts actuels."

La page de mon site que vous avez bien voulu mettre en lien au début de votre article a pour but d'estimer l'impact de l'utilisation d'énergie renouvelable en lieu et place de l'énergie fossile. Cette page est un racourci, utilisant d'autres résultats présentés sur le site. L'ambition est bien de tenir compte de toutes les conséquences d'une énergie plus chère et pas seulement de se limiter à l'augmentation directe du coût de l'électricité.

Par exemple j'estime le coût du baril de pétrole synthétique à 360$/baril : si on ne tenait compte que de cette aumentation de coût la ponction sur le PIB Français serait de 10% ce qui est bien inférieur aux conséquences qui résultent de ma modélisation.
Commentaire n°4 posté par RUTILY le 16/06/2011 à 19h03

j'ai déjà répondu dans mon texte : il faudrait estimer le coût de l'électricité renouvelable produite sans fossile au départ - ce qui n'est pas le cas des coûts actuels. 

Réponse de climatenergie le 16/06/2011 à 20h16
Pouvez vous expliquer pourquoi vous pensez qu'on peut légitimement douter qu'il soit techniquement possible de construire un aérogénérateur en utilisant l'énergie que ce type d'engin produit comme énergie primaire?

Pour moi, le coût en énergie de la construction ne dépend que peu de l'énergie primaire utilisée (rapport 3 au maximum)et le bilan pour un aérogénérateur étant favorable (50 -70) je ne vois pas où il peut y avoir doute. Que ce soit actuellement impossible économiquement est une autre question, mais les conditions économiques changeront au fur et à mesure de la raréfaction des combustibles fossile.
Commentaire n°5 posté par RUTILY le 16/06/2011 à 22h05

personnellement, je ne sais pas pas produire une pale d'éolienne avec juste de l'électricité, sans utiliser de carbone, et je ne sais pas non plus comment la transporter en haut d'une colline sans carburant (à dos d'âne ?). je ne parle même pas de tout le système de pylônes et de cables pour la relier au réseau.

Bien sûr que la raréfaction des fossiles va changer la donne, mais elle va aussi obliger à repenser fondamentalement nos consommations; donc se donner comme but le fait de produire la même énergie que maintenant est un peu illusoire : la consommation d'électricité a augmenté d'un facteur au moins 4 en 50 ans, et certainement pas pour des applications toutes indispensables : est ce que les sèches linges, l'éclairage public, les écrans LCD, et toutes les consommations industrielles sont indispensables? il n'est donc pas du tout évident que la production électrique soit considérée comme une priorité à l'avenir, et que la résiduelle soit majoritairement faite à l'éolien. Une combinaison d'hydraulique et de biomasse pourrait sans doute répondre aux besoins les plus nécessaires, et serait bien plus pratique à gérer. Ce que je critique, c'est le calcul consistant à "décalquer" la consommation actuelle d'énergie à la même, sans fossiles. Sans fossiles, la société sera très différente, et les besoins énergétiques aussi très différents  - probablement bien moins grands. 

Ne serait-ce que pour utiliser l'électricité éolienne, il faut bien des appareils, qui sont aussi produits avec de l'acier, des métaux, etc... la société est un tout, comme un corps humain, on ne peut pas juste substituer un produit par un autre. 

J'ai en préparation un post sur l'Islande, qui éclairera un peu plus ce que je dis. Je vous laisse méditer en attendant sur la contradiction suivante : l'islande a sans doute la plus grande production d'électricité renouvelable par habitant, bien plus que ce dont ils ont besoin pour leur consommation personnelle, et néanmoins une production de CO2 par habitant très élevée ...

 

Réponse de climatenergie le 17/06/2011 à 08h50
Dans mon référentiel toutes vos objections tombent puisque je propose de produire des carburants avec une partie de l'électricité. Et ces carburants peuvent être utilisés pour faire de la chimie etc... et non pas seulement pour se déplacer. Il est clair que les conditions économiques ne sont pas remplies pour que cela ait lieu, mais ça viendra.
Commentaire n°6 posté par RUTILY le 18/06/2011 à 08h55

Précisément, je m'interroge sur l'influence sur le bilan énergétique final de devoir tout faire de manière plus compliquée. Il y a plein d'autres détails qu'on pourrait discuter. Par exemple une belle route asphaltée, ça parait naturel en France, mais vous savez ce que ça coûte? allez voir dans le Tiers monde pour voir combien ils peuvent s'en payer; et le faire sans bitume , ça se fait comment? ce ne sont pas des détails; des transports rapides et sûrs sont essentiel à un système industriel.

Vous dites "les conditions économiques ne sont pas remplies", mais ma position, c'est que la dépletion fossile ne vont faire que les dégrader, ces conditions économiques ! quand vous payez tout plus cher, que pouvez vous être sinon plus pauvre? quand vous avez deja du mal à payer votre facture EDF, vous croyez que vous vous préoccuper de produire encore plus de kWh deux fois plus cher ?non, vous vous préoccupez seulement de moins en consommer ! 

 

votre position est intéressante, parce que c'est justement elle qui me pose problème : celle de croire qu'on a un "besoin énergétique" absolu (ce qui est faux), et qu'on fera tout pour le satisfaire à n'importe quel prix (ce qui est tout aussi faux). L'énergie, c'est comme l'argent : on dépense ce qu'on peut gagner, et si on gagne moins, ben on s'adapte et on dépense moins. Les crises énergétiques ne feront que produire un recul de la consommation, et on s'y adaptera - ce qui n'est pas si difficile que ça puisque la grande majorité de la population mondiale n'a jamais connu autre chose, en fait. 

 

 

Réponse de climatenergie le 18/06/2011 à 10h20
On est bien d'accord, les conditions économiques ne vont pas cesser de se dégrader, et si on fait des choses plus compliquées pour obtenir la même chose, cela signifie qu'on est plus pauvre.

Cela se traduit, dans mes écrits, par une baisse de PIB. Vous pensez qu'on se contentera de réduire la consommation d'énergie, mais pour moi il faudrait la réduire énormément, et je pense que l'optimum sera atteint en utilisant au mieux celle qui nous restera quitte à augmenter sa production si c'est possible, mais sans atteindre le niveau actuel. Les qualités de stockage de l'énergie des carburant sont tellement grande qu'il me semble qu'on fera l'effort d'en produire artificiellement, même si c'est compliqué. D'une manière générale j'ai l'impression que vous voyez ma position comme plus extrémiste qu'elle n'est.
Commentaire n°7 posté par RUTILY le 18/06/2011 à 15h10

on est d'accord - simplement je doute que le "tout électrique" soit la meilleure solution. La biomasse peut aussi fournir une quantité non négligeable d'énergie, et peut etre qu'on reviendra aux moulins à eau et à vent dans le futur, ou aux bateaux à voiles, qui n'étaient pas si mauvais que ça ! 

Réponse de climatenergie le 18/06/2011 à 18h04
Sur certaine de vos pages il n'est pas possible de laisser un commentaire, pourtant j'aurais voulu laisser un commentaire sur la page "Energie: résumé de la situation" qui est le suivant:

Avec votre définition de la conversion électrique --> thermique la consommation d'énergie électrique représente 40% de l'énergie totale consommée dans le Monde et non pas 30%. On peut le vérifier avec l'énergie hydraulique qui est quasi exclusivement électrique et où 6,5%(de l'énergie totale) est bien 40% de 16,5%(de l'énergie électrique).
Commentaire n°8 posté par RUTILY le 18/06/2011 à 15h32

exact pan sur le bec :) j'ai calculé un peu vite de tête en laissant tomber un peu trop de chiffres , c'est bien 40 % - j'ai corrigé (ça tombe à 36 % si on prend en compte le Gtep environ de biomasse de chauffage utilisé dans le Tiers monde). Desolé mais les pages fixes ne sont pas prévues pour être commentées.

Réponse de climatenergie le 18/06/2011 à 18h02
Pour reprendre votre exemple de la route, je pense que les sables bithumeux seraient mieux adaptés à faire une route alsphatée qu'à faire de l'énergie (mais malheurusement on en fera quand même).
Commentaire n°9 posté par RUTILY le 18/06/2011 à 15h50
On est de plus en plus d'accord, ma page "Stratégie énergétique" se termine par un paragraphe "Promouvoir la biomasse" http://transition.wifeo.com/strategie.php
Commentaire n°10 posté par RUTILY le 18/06/2011 à 18h45

Certains pays produisent 100% de leur électricité de façon renouvelable : Islande, Norvège et maintenant une petite île des Canaries, El Hierro.

Depuis dix ans, la part des énergies renouvelables a fait de grands progrès dans plusieurs pays.

Voir : http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

Ce n'est pas le cas de la France, avec trop d'intérêts en jeu pour le nucléaire, jusqu'au jour où ...

Dans tous les pays où les énergies renouvelables progressent, on constate à la fois une diminution du nucléaire (mais il n'y en a pas en Autriche et au Portugal) et une diminution des combustibles fossiles.

Ainsi, contrairement a la propagande (pro-nucléaire) qui prétend qu'il faut un secours avec des combustibles pour accompagner le développement des renouvelables, on constate que les renouvelables se substituent aux combustibles.

Le cas de l'Allemagne est particulièrement intéressant. Voir d'ailleurs sur le même site 2-3 articles relatifs à l'Allemagne. D'autres articles sur le prix du kWh nucléaire ou éolien ou solaire.

Commentaire n°11 posté par Fabien le 28/12/2011 à 21h55

Bonjour Fabien

 

personne n'a nié que les renouvelables puissent se substituer en partie aux fossiles dans la production d'électricité, et donc faire diminuer la consommation de fossiles. Mais ça ne répond pas au point soulevé ici : qu'on ne peut pas substituer TOTALEMENT les fossiles par de l'électricité. Les pays ayant 100 % de renouvelables ont une base hydroélectrique. Tu peux y rajouter le Paraguay, qui tire aussi pratiquement toute son énergie de l'hydroélectricité. Mais ces pays n'ont pas du tout pu se passer du pétrole ! réfère toi à l'article sur l'Islande , où je montre que l'Islande a non seulement la plus forte proportion d'énergie renouvelable du monde, mais aussi bien plus d'énergie renouvelable que de besoins propres de la population ! et néanmoins, elle continue à émettre du CO2, plus que la France (et ce n'est pas à cause de l'intermittence des éoliennes !). La raison est simplement que pour certains usages indispensables, comme les transports, il n'y a pas de moyen actuellement économiquement et techniquement envisageable de se passer des fossiles. C'est encore pire quand l'électricité est intermittente, l'argument des "pro-nucléaires" reste exact sur ce plan : les pays ayant le plus d'électricité éolienne restent des forts émetteurs de CO2, même si bien sûr leur production est moindre que si ils n'en avaient pas, parce que seules les centrales thermiques peuvent remplir les trous de l'intermittence. 

Réponse de climatenergie le 29/12/2011 à 08h21

Les renouvelables doivent se substituer aux fossiles! Il n est pas possible de tout substituer mais allons y! substituons un maximum! je crois qu'il n'y a meme pas de débat, ici. Nous savons que nous avons besoin du petrole. Nous ne pouvons pas nous en passer mais nous pouvons controler sa part dans le total energétique!

Commentaire n°12 posté par Electricité le 26/01/2012 à 17h00

Nous obliger à utiliser du renouvelable maintenant est aussi con que de bouffer des médicaments quand vous êtes bien portant; mais c'est vrai c'est une industrie florissante

Commentaire n°13 posté par the fritz le 26/01/2012 à 19h59

Et j'ai oublié de dire qu'en France on est champion pour cela : un coup cela passe par votre cotisation sécu, un coup par vos impôts

Commentaire n°14 posté par the fritz le 26/01/2012 à 20h04

Il apparait en effet difficile à l'heure actuelle de se concentrer uniquement sur els énergies renouvelables. Celles ci sont encore très coûteuses et nécessitent des vérifications quant à leur réel retour sur investissement.

Commentaire n°15 posté par propane le 16/04/2012 à 15h29

Je suis assez d'accord avec électricité pour dire que nous devons substituer un maximum d'énergie fossiles aux énergies renouvelables. Mais je pense que la meilleure solution est d'arriver à un équilibre entre les 2.

Commentaire n°16 posté par Pauline le 25/05/2012 à 15h15

Ne serait-il pas plus judicieux de s'interesser à la comsomation électrique plutôt qu'à sa production?

En effet nous produisons toujours de plus en plus afin de répondre à une demande croissante mais il serait temps de s'interroger comment réguler et optimiser cette consomation.

Je reste persuadé que des mesures courageuse au niveau politique permettrait d'économiser des ressources potentielles. J'habite le sud de la France et ne comprends toujours pas pourquoi les toits des supermarchés ne sont pas tous équipés de panneaux solaires.

Payer sa conso ne fait pas tout, éteindre des enseignes lumineuses la nuit devrait devenir un geste citoyen. Mais si on a pas ce feeling citoyen alors il faut le provoquer par la loi.

La question n'est donc pas de savoir si on peut tout faire avec du renouvelable mais plutôt de savoir comment limiter l'utilisation d'énergies comportant des risques, polluante ou en declin.

 

Rodolphe, webmaster

 

 

Commentaire n°17 posté par Rodolphe le 02/10/2012 à 18h30

Présentation

Pages générales

Articles par catégorie

Créer un Blog

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés