Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 11:42

C'est le titre d'un article assez provocateur publié dans la revue "Europhysics News" de l'European Physical Society de mars-avril, dont une copie (en anglais) est disponible sur le site d'un des auteurs. Leur conclusion est lapidaire : "We propose to stop spending public money on large scale use of wind".

Les auteurs s'appuient sur un calcul de la quantité de fossiles nécessaire pour pallier l'intermittence de la production éolienne, un problème bien connu associé à cette énergie. On sait effectivement qu'à cause du caractère intermittent du vent et de la grande sensibilité de la production d'une éolienne à la vitesse du vent, la production typique d'un champ d'éoliennes est hautement variable.

http://www.clepair.net/fotos/EON2005.jpeg

Production éolienne d'une zone test étudiée par le fournisseur allemand d'énergie E.ON

Pour compenser ces fluctuations rapides , il est nécessaire d'avoir un système de production démarrable à la demande rapidement, qui ne peut en pratique être que de l'hydraulique ou des fossiles (surtout centrales à gaz). La puissance moyenne fournie par un champ d'éolienne n'est en pratique que de 25 à 30 % de la puissance maximale installée, ce qui fait que pour 1 kWh éolien produit, on a 2 à 3 kWh fossiles inévitables. Ceci explique que les pays qui ont le plus d'éolien (Danemark, Allemagne, Espagne) sont, en pratique, aussi parmi ceux qui produisent le plus de CO2 par kWh électrique ! 

L'argument est connu, mais les partisans de l'éolien répliquent qu'à tout prendre, ça vaut quand même mieux que de produire 100 % de fossiles, et que donc l'éolien permet quand même d'économiser au moins une partie des fossiles. C'est cet argument auquel s'attaquent les auteurs, en arguant que si on tient compte de la consommation de fossiles nécessaires pour construire les éoliennes (qui n'est pas nulle, il faut de l'acier, du béton, des pales en fibre de carbone, et transporter et assembler tout ça), et surtout de la perte de rendement induite par le fait que les centrales thermiques ne sont pas utilisées en régime optimal, le gain final n'est finalement pas si grand que ça, et peut être nul. 

A noter quand même que cet article n'est pas publié dans une revue "de rang A", et que les auteurs ne donnent pas d'affiliation officielle comme c'est l'habitude. Cependant le premier auteur, C. Kees Le Pair, est un physicien retraité ayant dirigé le "Dutch Technology Institute", donc probablement ayant au moins une certaine compétence technique sur ces questions. Il est par ailleurs déjà connu pour ses positions anti-éolien. Un débat avait eu lieu sur ses travaux sur le site du Guardian en janvier 2012, débat où l'on peut voir aussi les contre-arguments présentés par des "pro éoliens", qui accusent C. Le Pair de sous estimer les progrès faits dans l'éolien, les avantages de la mise en réseau de régions différentes, diminuant l'intermittence, ou l'interêt de diminuer les pics de demande par l'utilisation de "smart grids". Cependant, le débat est apparemment assez confus et mélange souvent le problème du coût avec celui de l'économie de fossiles (ce qui n'est pas la même chose).

Il est évidemment impossible de trancher définitivement pour une thèse ou une autre, et de plus la question de savoir si l'éolien pourrait finalement s'avérer avoir un bilan positif ou négatif pourrait dépendre des conditions précises dans lesquelles on l'utilise (régions plus ou moins ventées, pays ayant des pics de demande plus ou moins prononcés, présence ou non d'énergies alternatives non fossiles comme l'hydraulique, etc...). Ce qu'on peut conclure cependant, c'est que le bilan n'est probablement pas clairement très positif.

Un simple calcul d'ordre de grandeur montre que les fossiles sont utilisés à environ 25 % pour produire de l'électricité. Il est peu probable que la proportion d'électricité éolienne puisse dépasser 20 à 30 %, et en pratique, en moyenne sur tous les pays du monde et compte tenu des contraintes physiques, économiques, et politiques, il est à mon avis irréaliste de dépasser 10% d'électricité mondiale produite par l'éolien (par comparaison, le nucléaire et l'hydrauliqe en produisent environ chacun 15 %, et atteindre 10 % serait déjà un score extraordinaire pour l'éolien !) En tout état de cause , l'éolien ne peut espérer économiser que quelques % de la production de CO2 mondiale , peut être 3% au maximum, et le calcul proposé par C. Le Pair pourrait réduire cette économie à 2%, 1%... ou 0% (voire même dans le pire des cas aboutir à une augmentation nette de CO2). Et encore, ce calcul ne prend pas en compte un argument plusieurs fois présenté par votre serviteur : c'est que "remplacer les fossiles" n'a finalement aucun effet net à la fin si on n'assure pas que les fossiles économisés ne seront pas réutilisés ailleurs, ou simplement plus tard ! économiser quelques % de fossiles ne fait à tout prendre que faire gagner quelques années sur leur épuisement ... mais il n'y a aucune raison que ces années gagnées ne soient pas finalement utilisées à les prolonger un peu plus, justement, et finalement la quantité de fossiles brûlée sera exactement la même, et le CO2 qui va avec également.

Bref, encore une fois, on ne peut qu'être frappé par l'écart qu'il y a entre les représentations médiatiques et sociales de certaines énergies comme l'éolien ou le solaire, comme des moyens miraculeux de répondre au problème de l'épuisement des fossiles et du CO2, alors que l'examen un peu serré des chiffres et des réalités pointent au contraire vers un impact finalement dérisoire. Et de fait, ce n'est pas le développement de l'éolien en Espagne qui va la sauver de la crise, et ce n'est pas non plus celui de l'Allemagne qui est responsable de sa relative bonne santé economique. Il est peut être effectivement inutile de consacrer autant d'argent et d'énergie à une "solution" aussi anecdotique ...

 

Partager cet article

Published by climatenergie - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Glycogène 24/05/2012 01:55


En tout état de cause , l'éolien ne peut espérer économiser que quelques % de la production de CO2 mondiale , peut être 3% au maximum, et le calcul proposé par C. Le Pair pourrait réduire
cette économie à 2%, 1%... ou 0%.


Si on compte l'énergie grise, il faut la compter partout. Et donc comparer le bilan de l'éolien avec celui du charbon et du gaz, en comptant les fossiles utilisées pour fabriquer et entretenir
les plateformes, gazoducs, camions géants des mines à ciel ouvert, centrales thermiques, etc.


Bien sûr que la différence des fossiles, est qu'ils sont autonomes : on peut les exploiter en n'utilisant qu'eux-mêmes comme énergie d'entrée.


Mais les EnR industrielles permettent une multiplication de l'énergie récupérée à partir des fossiles. Et comme la plus grosse part de fossile est dépensée pour construire les infrastructure des
EnR, elles permettent d'être moins dépendant à court terme des fossiles (ex : coupure d'un gazoduc russe suite à des frictions géopolitiques).

HuguesL 22/05/2012 15:23


Non non ce n'est pas de la pub! Je trouve les articles sur ce site serieusement ecrits, ce qui ne les preserve pas de la critique! D'autre part je n'ai aucun interet particulier (en particulier
pecunier) a faire connaitre ce site.

the fritz 22/05/2012 13:22


@hughes


 je dois dire que je n'ai pas lu l'article auquel vous renvoyez, et je n'ai pas pris vraiment le temps de reflechir de facon plus soigneuse, mais visiblement il s'agit de PUB; quand on a un
message à transmettre on est plus clair

HuguesL 22/05/2012 12:23


Il est peut-etre un peu exagere de faire le parallele entre l'inefficacite de la generation d'eclectricite par eoliennes d'une part et par une bicyclette fixe (voir le lien ci-dessous... site
fort interessant par ailleurs), quoique ca puisse tenir la route si on remplace les generateurs servant a compenser les "trous" dans le premier par les batteries dans le second. Mais pour etre
honnete je dois dire que je n'ai pas lu l'article auquel vous referez, Gilles, et je n'ai pas pris vraiment le temps de reflechir de facon plus soigneuse.


http://www.lowtechmagazine.com/2011/05/bike-powered-electricity-generators.html

the fritz 18/05/2012 14:26


Taxer , subventionner; que feraient nos gouvernements si on leur enlevait ce passe temps; cela me rappelle un jeu de mon enfance qui s'appelait si je me rappelle bien la Richesse du Monde