Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 13:59

Mardi 14 janvier 2020, l'ancien ministre de l'écologie Nicolas Hulot participait à une émission de radio animée par Thomas Sotto sur la grande chaîne RTL, face à plusieurs intervenants. L'une d'elle, Abnousse Shalmani, écrivain et journaliste d'origine iranienne, qui aime elle-même se définir comme "métèque" (d'où l'hommage que je lui rends dans le titre), répond à la demande de Nicolas Hulot :"chaque année, combien de personnes sont tuées [NB : on parle bien de morts, pas de victimes ] par les extrêmes climatiques " ? en lui citant les chiffres du GIEC : 11 000 en 2008, mais 3,7 millions en 1931.

Aussitôt Nicolas Hulot s'emporte, déclare que c'est n'importe quoi, parle de centaines de milliers de victimes par an, traite son interlocutrice de négationniste, assène "ça se chiffre en centaines de milliers de morts, chaque année, en victimes directes et indirectes du changement climatique", et menace de quitter le plateau. La vidéo (assez hallucinante à mon sens)  est consultable par exemple ici :

http://www.non-stop-zapping.com/actu/politique/nicolas-hulot-semporte-lors-dun-debat-sur-le-climat-sur-rtl-et-menace-de-quitter-le

Face à l'énervement de l'ancien ministre, Abnousse Shalmani tente de répéter calmement qu'elle ne fait que répéter les chiffres du rapport du GIEC, cités par Michael Schellenberger, cités parmi les "héros de l'environnement " par Time en 2008.

L'actu sur nonstopzapping conclut  : "Thomas Sotto en personne a affirmé sur Twitter après l'émission qu'Abnousse Shalmani avait été "abusée" par de faux chiffres, donnant donc raison à Nicolas Hulot."

Ah bon, diable, la chroniqueuse metèque se serait fourvoyée ! allons donc voir ce tweet de Thomas Sotto ... 

 

 

Petit souci quand même, d'autres twitteurs répliquent immédiatement en demandant à Thomas Sotto quels sont les chiffres "fantaisistes" et quels sont les bons chiffres. Et certains ne mettent pas longtemps à dénicher les "bons" chiffres , en particulier sur ce site : 

https://ourworldindata.org/natural-disasters

avec cette réponse :

 (A noter que ce graphique tient compte de tous les désastres naturels, y compris les éruptions volcaniques et surtout les séismes, en rouge, qui ont dominé la mortalité des dernières décennies, et qu'il faut donc ôter des statistiques pour avoir les victimes des désastres climatiques). 

Car oui, surprise, c'est la journaliste métèque qui avait raison, enfin presque raison , et le ministre qui a dit n'importe quoi. Il y avait bien des catastrophes faisant des millions de victimes, avec en moyenne plusieurs centaines de milliers de victimes par an, mais ... au milieu du XXe siècle, plus maintenant ! l'année 1931 citée par Abnousse Shalmani est celle d'inondations catastrophiques en Chine, suite à l'arrivée de sept (!) ouragans consécutifs, contre deux en moyenne par an.

Depuis, le nombre de victimes des catastrophes climatiques n'a cessé de baisser, et n'a été "que" de 60 000 morts en moyenne par an, mais avec des pics très importants de plusieurs centaines de milliers morts lors des séismes et tsunamis de l'océan Indien et de Tahiti, et un cas de cyclone  (Nargis) en Birmanie  faisant plus de 130 000 morts (où la population a été très mal informée de l'arrivée du cyclone).

Nargis a eu lieu en 2008, donc Abnousse avait tort en citant cette année (elle pensait probablement à 2018), les chiffres de 2008 sont bien plus élevés. Mais le chiffre de 11 000 était exact relatif à 2009 (et 16 000 en 2007), et en moyenne sur la décennie 2000-2010 , la moyenne des évènements climatiques (hors séismes ) est d'environ 30 000 / an, presque 10 fois moins qu'au milieu du XXe siècle. 

Cela pose immédiatement quelques questions :

  • comment un ancien ministre de l'écologie peut-il être aussi ignorant des chiffres scientifiques, et annoncer de manière répétitive des chiffres fantaisistes, tout en prétendant tenir le discours "de la Science ?" 
  • comment un journaliste peut- immédiatement poster sur twitter un commentaire désavouant sa consœur , sans même prendre la peine de vérifier les chiffres trouvables en 10 minutes sur la toile ?

et incidemment, on peut se poser quelques autres questions :

pourquoi y-a-t-il eu des années climatiques aussi catastrophiques dans le passé, si ce n'est à cause de la variabilité climatique ?

pourquoi le nombre de morts a-t-il aussi fortement chuté, si ce n'est par l'amélioration de l'habitat, des transmissions , et des mesures prises pour prévenir inondations et tempêtes ?

et comment l'humanité a-t-elle pu se développer autant au XXe siècle malgré ces catastrophes ? 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires