Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 07:07

ce petit graphique, c'est la consommation énergétique de la Grèce depuis 1960 :

 

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMHistoComplexe?langue=fr&annee=2000&annee2=2000&codeStat=EG.USE.COMM.KT.OE&codePays=GRC&type=5&compareMonde=2&definitionMinimum=5&codeStat2=x

Il illustre de manière saisissante le caractère historiquement exceptionnel de la crise pour ce pays, et peut servir d'argument à pratiquement tout ce qui a été développé sur ce blog :  le danger des extrapolations de croissance exponentielles,  le lien entre baisse de consommation énergétique et crise économique, et le fait qu'une baisse de consommation mondiale sera bien plus probablement assurée par une série de crises que par une décroissance volontaire et organisée de notre niveau de vie.

Evidemment la crise grecque est exceptionnelle par son ampleur, à cause de l'impéritie de ses dirigeants et du peu de civisme des contribuables. Mais c'est juste le "canari dans la mine", le plus sensible qui doit donner l'alarme. Si, avec une échelle un peu différente, cette courbe ressemble à la courbe de consommation d'énergie globale dans le monde, il est probable que c'est le monde entier qui subira tôt ou tard ce que vivent les Grecs.  

Partager cet article

Repost 0
Published by climatenergie - dans Général
commenter cet article

commentaires

the fritz 19/07/2012 11:46


Pourquoi voudriez que l'homme change ; l'homme est cupide , dominateur, il ira au bout du fossile et changera par la force des choses, pas autrement; mais je ne sais pas pourquoi je réponds ; les
discours philosophiques ne m'intéresse pas

BOUVETTE 19/07/2012 10:07


Bonjour,


Je trouve que votre analyse est assez réductrice.


Doit-on obligatoirement ranger la Politique dans la case de l'impossible ? Certes, historiquement, l'homme a montré ses limites en faisant pérécliter des civilisations mais il me semble qu'il
serait bien plus intéressant de passer à une autre ère où l'on se sépare du pétrole.


La crise ou les crises comme vous dites vont nous faire fléchir mais il me semble que c'est une vraie opportunité pour changer notre mode d'existence : doit-on revenir à la terre ? Jusqu'où ira
notre consommation de bien matériel ?


Je crois profondément que l'homme a des ressources et pourrait bien évidemment vivre en harmonie sans nécessairement passer par des crises. La question reste peut-être idéaliste mais elle doit
mettre un cap à tenir solidement.


Au plaisir d'échanger...

climatenergie 19/07/2012 11:44



Bonjour


je ne saisis pas très bien ce que vous appelez "réducteur" dans mon analyse. Je n'ai aucun doute que, par nécessité, on soit obligé de "passer à une autre ère où l'on se sépare du pétrole". Et
même, également du gaz et du charbon. D'ailleurs si c'est votre désir de le faire, c'est assez simple : vous pouvez vous installer dans un des nombreux pays qui ont une consommation très faible
et vivre comme les gens là bas. Je vous rappelle quand même que 80 % de l'humanité a une consommation matérielle bien inférieure à la notre, ce n'est donc pas difficile à faire ! 


 


la seule chose difficile à faire, comme je l'ai dit, c'est de garder notre niveau de vie sans hydrocarbures; si ce n'est pour vous pas un problème d'y renoncer, alors effectivement il n'y a
essentiellement plus de problème. 



the fritz 09/07/2012 20:01


Edifiant en effet; ce qui est édifiant aussi , c'est que pour sortir de la crise , ils devraient travailler plus; or de nos jours on ne travaille plus, on ne crée plus de richesses sans consommer
de l'énergie; visiblement ils ont choisi de sortir de la crise en travaillant moins, et en consommant  moins de produits finis

Très intéressantRUTILY 08/07/2012 23:22


Il me semble que c'est baisse de consommation du fait de la crise, alors que ce qui nous attend c'est crise du fait de la baisse de consommation.