Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 08:12

Après les réactions au post précédent, j'aimerais rappeler ce qu'ont vraiment apporté les fossiles à notre société moderne.

 

On a tendance à ne parler que de la production d'électricité, pour laquelle effectivement on a le plus de solutions possibles (en fait tout ce qui produit de la chaleur ou du mouvement peut assez facilement être transformé en électricité). Cependant, même pour cela, les contraintes d'ajustement à la demande rendent en pratique impossible de ne pas inclure au moins un moyen d'ajustement de la production souple et rapide, et il n'y en a que deux : l'hydraulique et le thermique. Aucun des systèmes de production électrique ne se passe de l'un de ces deux moyens, pour un montant d'au moins 20 % (même avec du nucléaire ....). Ceux qui ont la chance d'avoir de l'hydraulique en abondance (Norvège, certaines provinces du Canada) peuvent tout faire avec, les autres doivent passer par un minimum de fossiles. Or 20 % de l'électricité fossile , c'est environ 8 % de la production totale d'énergie, et ça, c'est déjà supérieur à la production d'énergie totale par habitant qu'on avait avant l'époque industrielle. On pourrait penser à ne faire que des centrales thermiques à la biomasse (biogaz en particulier), mais rien que faire de l'électricité thermique avec de la biomasse épuiserait déjà pratiquement sa production actuelle.

 

Mais les fossiles servent à bien autre chose que ça. A se chauffer directement bien sûr : on consomme environ 1/3 des fossiles en chauffage. Là encore, des progrès sont certainement possibles, mais même avec un gain d'un facteur 3 (pas gagné), si on devait l'assurer que par des renouvelables, simplement en se chauffant au bois par exemple, on a à nouveau 10 % de la consommation actuelle à tirer sur la biomasse - on l'épuise une deuxième fois.

 

Ensuite, il y a tous les autres usages pour lesquels les fossiles sont quasiment irremplaçables :

 

- les transports - à part des petites voitures citadines, le transport électrique est quasiment impossible à l'heure actuelle. Il est frappant que les premières voitures ont été développées à égalité entre voitures électriques et voiture à essence, comme certains l'ont rappelé. Sauf que la voiture électrique n'a tenu que pendant la période où la voiture était un phénomène marginal limité à quelques riches qui faisait un tour en ville. Dès que la voiture sur des grandes distances ( la route 66....) , les bateaux, les camions, les tanks, les avions, ont commencé à se généraliser, le moteur thermique à pétrole s'est imposé sans rémission. On n'a aucune alternative crédible à ces applications à l'heure actuelle. Et remplacer le pétrole des transports par des biocarburants épuiserait encore (et peut etre plus) les capacités de la biomasse.

 

- la carbochimie : la carbochimie commence avec la réduction des oxydes métalliques par le charbon. Ca concerne pratiquement tous les métaux , et d'abord et avant tout le fer. On croit souvent que l'acier est fabriqué à l'électricité, mais les aciéries électriques ne font que du raffinage de la fonte ou du recyclage des ferrailles. L'opération primaire, la réduction des minerais, se fait toujours dans les haut-fourneaux avec du coke. Il en est de même pour presque tous les autres métaux, y compris l'aluminium dont la réduction demande à peu près autant de charbon que d'électricité (les anodes sont en carbone qui s'oxyde au fur et à mesure). L'aluminium produit autant de CO2 par unité de volume que l'acier (moins par masse parce qu'il est simplement moins dense). Tout faire au charbon de bois (ce n'est possible qu'avec certains bois très particuliers) épuiserait probablement encore une fois la biomasse disponible.

Beaucoup d'autres produits de base : ciment, verre, papier etc .. sont également énergivores, même si l'énergie solaire et l'électricité pourraient etre utilisés, ils seraient sans doute bien plus chers à produire.  Et il y a bien sûr aussi une foule de produits modernes tirés de la chimie organique : plastiques, lubrifiants, peintures, vernis, elastomères, médicaments, colorants,asphalte des routes,  etc, etc .... La carbochimie représente environ 10 % de l'usage fossile - encore une biomasse à produire si on devait le faire en "chimie verte". 

Pour maintenir la société actuelle, il faudrait résoudre SIMULTANEMENT tous ces problèmes. Et il faut comprendre que tous les coûts actuels sont calculés avec une abondance de matériaux bon marchés : on prend le coût du verre, de l'acier, des plastiques, des cables en cuivre.... comme si c'était une donnée éternelle. Il n'en est rien ! tout cela serait probablement BIEN PLUS CHER sans fossiles. Il ne faut pas non plus oublier que tous les minerais s'épuisent et demandent de plus en plus d'énergie à etre extraits et raffinés.

 

Ah, j'ai encore oublié le nucléaire ! d'abord rappelons que le nucléaire actuel n'a que 100 ans de réserves en ne produisant que 5 % de l'énergie mondiale. Il n'a donc aucune chance de remplacer les fossiles à aucun terme raisonnable. Seuls les surgénérateurs pourraient le faire ... à condition d'avoir résolu TOUS les problèmes ci-dessus par l'électricité ! et il faut rappeler que même la surgénération n'assurerait que 1000 ans de consommation actuelle en termes de production globale, mais que la conversion en d'autres formes d'énergie (hydrogène, etc..)  se ferait certainement avec un rendement limité, ce qui réduirait de toutes façons les réserves à quelques siècles. Et ceci, encore une fois, à condition de pouvoir entretenir une filière nucléaire sans fossiles, ce qui n'est absolument pas garanti  !

 

Il n'y a qu'a regarder un chantier comme l'EPR (qui n'est pas un surgénérateur ...) pour réaliser à quel point toutes les énergies alternatives dépendent encore des fossiles :

http://www.univers-nature.com/images/actu/EPR-finlande.jpg

 

Le monde futur sera un monde où tout deviendra significativement plus cher, où la pression sur la biomasse deviendra insupportable et rentrerait en concurrence avec l'alimentation. Utiliser l'électricité pour faire tous ces processus introduirait un surcoût considérable.. qui se répercuterait en retroaction sur le coût même de cette électricité ! il me semble que c'est un défi bien plus formidable qu'une simple décision politique, c'est la conséquence de processus physico-chimiques intangibles qu'aucun économiste, homme politique, ou philosophe n'a le moindre pouvoir de changer. Rien qu'assurer LA MEME consommation énergétique que l'actuelle (qui n'assure, rappelons le, au niveau mondial , "que" 1,5 Gtep /personne et un revenu moyen d'environ 600 € par mois ... ce n'est pas exactement la grande richesse pour tout le monde !!), pose des défis formidables. La faire croître significativement le rend encore plus formidable. Penser qu'il suffit d'en "avoir envie" pour résoudre ce problème me semble très très hypothétique....Après tout personne n'a envie d'être pauvre , ça ne suffit pas à faire que tout le monde soit riche ! 

 

Partager cet article

Published by climatenergie - dans Energie
commenter cet article

commentaires

atmugh 20/09/2011 11:49


Giles,
Felicitations pour ce blog, ainsi que les considerations aussi factuelles que possible qui y sont presentees. C'est rare sur le web. C'est rare aussi de voir la patience que vous avez pour repondre
a certains de vos interlocuteurs!
Je suis d'autant tente a vous accorder de la sympathie que, si ma solution du jeu de piste vous concernant est correcte, vous travaillez pres de la piscine qui a un jour brule... j'ai fait ma these
a un jet de pierre de cet endroit, mais de l'autre cote. Souvenirs inoubliables s'il en est. Je referme la cette parenthese personnelle qui a peu a voir avec le blog, desole.


climatenergie 20/09/2011 12:33



bravo pour le jeu de piste et merci pour le commentaire :)



the fritz 01/09/2011 22:24


Quelle patience Gilles
comment peux-tu passer ton temps à discuter avec un mec qui n'a aucune notion de géologie pétrolière, qui comme les réchauffistes , quand il parle d'économie , confond cause et conséquence, et
pense que c'est le SMIC qui fixe le prix du baril et surtout pense que cela va continuer comme cela; faudrait quand même un jour qu'il se dévoile , pour qu'on puisse publier ses pensées et ses
droits d'auteurs à ses héritiers


miniTAX 01/09/2011 15:24


@Gilles,
Au passage, tu noteras que selon le tout dernier BP Statistical Review, les réserves prouvées en 2010 se montent à 1520 Gb. Soit 25% de plus que le soit-disant consensus de
"1200-Gb-à-quelques-centaines-près" sur lequel tout le monde est d'accord, lol. Admirez la rigueur tout scientifique du picquisme.


climatenergie 01/09/2011 15:47



mais quelle buse c'est pas possible ! je t'ai dit que les réserves de pétrole CONVENTIONNEL s'établissaient à environ 1200 Gbl - le reste est dû à l'inclusion des lourds et bitumineux justement !
normal que ça prenne des plombes de discuter avec toi, faut préciser 10 fois les choses avant que tu ne les captes ! 



miniTAX 01/09/2011 15:12


Gilles : "d'abord je n'ai jamais "prédit ce qui se passerait dans un monde sans fossiles"
-----------------
Bah si, tu n'arrêtes pas de faire ça, dans ce fil même, en disant que tout deviendra bien plus cher. Tu as écrit même un post entier pour dire que ce sera la cata, qu'il n'y aura plus de croissance
dès que la production de pétrole baisse. Avant de te défausser avec des dénégations ridicules, relis toi au moins.


-----------------
"qu'est ce que nos descendants dans plusieurs siècles auront à faire de la qualité des prédictions de l'EIA quand il n'y aura plus de pétrole ?"
-----------------
Ah ce jeu idiot, alors qu'est ce que nos descendants dans plusieurs siècles auront à faire de ta futurologie à 2 balles, comme nous on en a à faire de la futurologie à 2 balles de Jevons (qui
largement bien plus expert en matière d'énergie que toi) il y a 1 siècle sur la prétendue pénurie imminente de charbon ? S'il s'agit de balancer des prédictions en l'air, je pourrais te dire que
"dans plusieurs siècles", on aura tellement d'énergie avec la fusion qu'on ne sait pas quoi en faire.


-----------------
"Par ailleurs, tu confonds perpétuellement réserves prouvées et ultimes recouvrables - tu n'as toujours pas compris que l'ultime recouvrable incluait une partie des réserves probables, qui par
définition ne sont pas dans les réserves prouvées, et que la plupart des "augmentations" dont tu parles ne sont que des transferts techniques de probables à prouvées, une fois que l'exploitation
avance"
-----------------
Bah non, je ne confonds pas, c'est toi qui essaies de noyer le poisson avec des accusations grotesques. Les pichuileux n'ont pas arrêté d'affirmer que les réserves prouvées (et c'est de ça dont il
s'agit, rien d'autre) sont 1) surestimées, ce qui est 2) FAUX. Tu veux nier quoi, 1) ou 2) ?
Quant à insinuer que les augmentations de RP seraient dues du transfert de probable à prouvée, c'est du grand n'importe quoi. Les réserves ultimes (donc incluant probables + prouvées) ont encore
augmenté plus vite que les RP, il suffit de consulter par ex. BP Statistical Review. Sois tu n'es pas au courant, ce dont je doute, soit tu continues de débiter encore et encore des bobards, l'un
dans l'autre, c'est pathétique !!!


-----------------
"ça n'a aucun sens de t'arc-bouter sur la valeur des RP qui n'ont aucune signification précise sur le futur"
-----------------
Ah bon, la valeur des RP n'a aucune signification précise sur le futur. Pouahhh, non mais délire quoi. C'est toi qui devrait prendre un bain froid mon pov Gilles.


climatenergie 01/09/2011 15:43



1) : j'ai dit que pour le moment, jusqu'à nouvel ordre, il n'y avait pas de substitut moins cher au pétrole, et donc qu'en cas de pic et de décroissance de la production, tout allait être plus
cher.


"Pour le moment", ce n'est pas "après la fin des fossiles". Pour ça, qui n'arrivera que dans quelques siècles, j'ai dit qu'on ne pouvait pas savoir, mais que l'hypothèse qu'on arrive à tout faire
moins cher me semblait improbable. Je te laisse la liberté de penser autrement, je ne vois pas pourquoi je ne pourrai pas le penser. 


ce qui est faux, c'est de confondre "réserves" et "réserves prouvées". Tu n'as même pas l'air de connaitre les définitions les plus élémentaires ! 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Réserve_pétrolière


Les réserves pétrolières sont appelées possibles, probables ou prouvées selon le degré croissant de
certitude que l'on a de leur existence, en fonction des données et des interprétations géologiques et techniques, pour chaque localisation. La mesure de ces valeurs est faite par la ou les
compagnies pétrolières procédant à l'exploration/production. La Securities and Exchange Commission a, ces dernières années, exigé que
les compagnies pétrolières possédant des réserves listées adoptent des standards d'évaluation des réserves en accord avec la pratique industrielle. Dans un cas particulier, la
compagnie, Shell a dû réévaluer ses réserves pétrolières pour 2001 et 2002, en application de définitions plus
strictes des catégories de réserves.


Les réserves pétrolières sont essentiellement une mesure de risque géologique — de la probabilité de l'existence du pétrole et de son exploitation dans les conditions économiques et les technologies
actuelles.


Réserves prouvées[modifier]


Définies par les ressources en gaz et pétrole "raisonnablement certaines" d'être produites, en utilisant les techniques actuelles, au prix actuel et selon les accords commerciaux et
gouvernementaux en cours. Dans l'industrie, elles sont connues sous le nom 1P. Certains spécialistes utilisent l'appellation P90, car elles ont 90% de chance d'être mises en production.


Réserves probables[modifier]


Définies par les ressources en gaz et en pétrole "Raisonnablement probables" d'être produites, en utilisant les techniques actuelles, au prix actuel et selon les accords commerciaux et
gouvernementaux en cours. Dans l'industrie, elles sont connues sous le nom 2P. Certains spécialistes utilisent l'appellation P50, car elles ont 50% de chance d'être mises en production.


Réserves possibles[modifier]


Définies comme "ayant une chance d'être développées en tenant compte de circonstances favorables". Dans l'industrie, elles sont connues sous le nom 3P. Certains spécialistes utilisent
l'appellation P10, car elles ont 10% de chance d'être mises en production.


 


dans quelle langue faut-il t'expliquer que "Réserves" est un SUR-ENSEMBLE des réserves prouvées, et que donc, il n'y a aucune contradiction que les réserves prouvées augmentent alors que les
réserves "totales", pondérées par la probabilité de production, soient surestimées ? ou que ce n'est pas parce que les réserves prouvées augmentent que la production augmente, et vice-versa ?
arrête de prendre ton ton supérieur pour dire n'importe quoi, stp !!


Quant à insinuer que les augmentations de RP seraient dues du transfert de probable à prouvée, c'est du grand
n'importe quoi. Les réserves ultimes (donc incluant probables + prouvées) ont encore augmenté plus vite que les RP, il suffit de consulter par ex. BP Statistical Review


les ressources ultimes ne sont pas la somme des probables et prouvées, elles incluent les possibles, en supposant qu'on pourrait les extraire à 100 % (très improbable). Le fait qu'elles croissent
plus vite que les prouvées ne contredit donc absolument pas que la croissance des prouvées soit surtout due à l'inclusion des sables bitumineux et bruts lourds qui n'y étaient pas avant - un
simple changement comptable. Encore une fois, tes arguments sont du grand n'importe quoi en rafale. 






reglisse 01/09/2011 12:54


Pfff...minitax, vous êtes d'un pénible dans votre façon de vous exprimer...vous savez faire autrement ou pas?