Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 14:11

Un petit post pour souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année à tous mes lecteurs, et j'en profite pour tirer un petit bilan de cette première année. Je ne savais pas trop ce que donnerait ce blog en le lançant, mais je tiens à dire j'apprécie beaucoup le ton général des discussions, ( à quelques petites exceptions près vites corrigées :) ), tout entier au crédit de mes lecteurs. Je n'ai pas eu autant de temps que j'aurais désiré pour écrire mes contributions depuis la rentrée, mais je serai un peu plus libre ce semestre. 

Alors évidemment, les perspectives pour 2012 ne sont pas folichonnes, ce serait hypocrite de le dire. Mais ne boudez pas ces moments de fête, même si Noël apparait parfois comme une fête anachronique de l'hyperconsommation, avec des avalanches de cadeaux, qui peuvent choquer certains dans ces périodes difficiles, où beaucoup n'ont pas les moyens d'avoir simplement une vie convenable. Mais ne boudons pas non plus tous nos plaisirs, ça reste un moment où on peut partager des moments de bonheur avec sa famille, ses amis, et il faut se rappeler que c'est quand même l'essentiel de la vie. L'humanité n'a pas commencé avec le pétrole, et ne se terminera pas avec ! et si dans le futur, quels que soient ses sentiments religieux, ces fêtes redeviennent des occasions où on peut se retrouver, dans des vrais rapports humains, en sacrifiant peut être moins aux délires consuméristes, ce ne sera pas plus mal ! 

Et pour sourire de la modernité, un petit lien que m'a adressé un ami ...

http://www.flixxy.com/digital-christmas-story.htm

 

Partager cet article

Published by climatenergie - dans Général
commenter cet article

commentaires

the fritz 20/01/2012 16:04


J’avais pose la question suivante 


« Alors personne pour répondre à ma question: le PAG est-il seul lié à une paresse exceptionnelle du soleil ou également ( ou peut-être surtout) à une hyperactivité de notre trou noir galactique?
»


là, avec quelques explications sur le même lien, quelques posts plus haut


http://www.energieclimat.net/article-bonnes-fetes-a-tous-95126916-comments.html#anchorComment


Seul Skept m’a répondu en posant des questions pertinentes à résoudre mais sans apporter de réponses.


 


j’ai contacté diverses personnes en leur posant la question suivante :


a-t-on une idée de la variation du flux de rayons cosmiques hors 


 atmosphère qu'a pu entraîner cette éruption du trou noir il y a 400 ans par 


 rapport au flux actuel ?


J’ai eu une réponse que je vous transmets : elle répond à la troisième question de Skept ; peut-être que Gilles pourra nous donner un peu plus d’explication sur les variations du flux de rayons
cosmiques en dehors des modulations par le vent solaire


Voici la réponse :


La réponse est simple, s'ils sont produits au centre de notre Galaxie,


soit à une distance de 24000 a.l. il faut plusieurs dizaines de millions


d'années aux rayons cosmiques (chargés donc défléchis par le champ


magnétique) pour nous parvenir: ils se propagent par diffusion. De plus,


ce processus de diffusion des particules chargées fait disparaître les


variations temporelles marquées du flux. Enfin, il n'est pas évident que


des particules chargées soient accélérées en abondance à des énergies


élevées lors d'un phénomène éruptif du trou noir. 

climatenergie 20/01/2012 17:02



Oui excuse Fritz je ne t'avais pas répondu sur ce point :). Ce que dit ton correspondant est exact, les cosmiques sont des particules chargées qui "tournicotent" dans le champ magnétique
galactique et mettent longtemps à le traverser, à part ceux de plus haute énergie, mais ils représentent une fraction négligeable du total. De plus les sources les plus probables sont plutot les
explosions de supernovae qui accélérent des particules à l'endroit du  "choc" créé par l'expansion de leur bulle dans le milieu interstellaire. Ce n'est pas l'activité du trou noir central
qui est considéré comme la principale source de rayonnement cosmique. La modulation n'est possible qu'avec des phénomènes très locaux, comme la variation du bouclier magnétique à cause de
l'activité solaire. Ou sinon, sur des périodes plus longues (dizaines  ou centaines de milliers d'années ?) peut être l'explosion de supernovae proche ? il y a une "bulle" de rayons X dans
le ciel qui pourrait être due à un reste d'explosion de supernova proche, je ne sais pas si il y a eu des études concernant la possible influence climatique qu'elle aurait pu avoir ...



skept 10/01/2012 14:44


Pour l'ES, il est vrai que les choses sont souvent mal expliquées. Et qu'elles sont très compliquées! Le truc qui est le plus souvent omis quand on veut expliquer au lambda non physicien, c'est
la précision que la tempéture d'émission de la Terre à l'équilibre est à une certaine altitude (pression) dans l'atmopshère et non à la surface. En fait, la couche juste au-dessus de la surface
est optiquement épaisse aux IR donc elle transfère surtout la chaleur par convection aux tropiques (et advection vers les pôles) plutôt que par radiation à sa T. Le déséquilibre radiatif d'un
ajout de GES, c'est d'abord que la couche d'émission vers l'espace est plus élevée dans l'atmopshère, donc qu'elle rayonne à une température plus froide. Ce qui e passe en dessous pour revenir à
l'équilibre, notamment la sensibilité de la couche de surface où nous vivons, c'est une autre paire de manches parce que la dynamique des fluides reprend ses droits, ainsi que le comportement de
la vapeur d'eau (changements de phase et nuages) comme facteur de première importance. 

reglisse 10/01/2012 13:32


Merci beaucoup de vos explications, Olivier et skept. Et merci à Olivier pour avoir pris la peine de  résumer l'article en question. :)

the fritz 10/01/2012 13:20


Olivier,


concernant l'effet de serre, j'ai calculé un jour la température moyenne de l'atmosphère en passant par les chaleurs et les masses et j'ai trouvé la température de Stéfan; j'ai compris dès lors
que l'effet de serre n'est pas ce miracle qui fait passer la température de la surface de -18°C à +15°C , mais qu'il peut simplement modifier le gradient vertical dans cette atmosphère; c'est
d'ailleurs la meilleure preuve que cet effet de serre est une réalité , puisque depuis que les satellites enregistrent la variation de température dans les différentes tranches, on voit le haut
de l'atmosphère se refroidir et le bas se réchauffer; mais le corollaire, c'est que lorsqu'on fait l'adéquation, on se rend compte que les variations des GES n'ont sans doute pas le pouvoir qu'on
voulait leur attribuer, sans préjuger des implications de la vapeur d'eau et des rétroactions négatives des nuages

skept 10/01/2012 13:20


#14 Fritz : aucune idée. En fait, il faudrait a) montrer que le rayonnement cosmique a un effet sur la nucléation de taille critique et la variation de la couche nuageuse à diverses altitudes ;
b) quantifier cet effet et sa traduction en température de surface terrestre ; c) analyser ce que l'activité du trou noir au centre de la galaxie produit comme variation du rayonnement cosmique
dans la région de la Terre et en fonction des modulations solaires (et en dernier ressort sur des Ts selon a et b).